Appel du sud dal President de la region Provença Alps Còsta d'Azur

Publié le par Agach occitan

Legit sus lo blòg dal President de la region Provença Alps Còsta d'Azur.

Info interessanta, mas conclusion conformista...
- - -
APPEL DU SUD

Les gens du Sud ressentent, dans cette période de crise, une sorte de "désamour" de la part de la France.

 

Nous avons l’impression d’être abandonnés à un avenir qui serait déterminé par l’idée que l’on se fait du Midi à Paris et à Bruxelles : le soleil, la mer et la douceur de vivre.

 

La douceur de vivre est plutôt réservée à nos visiteurs et aux propriétaires de résidences secondaires. Nous en sommes heureux pour eux. Mais force est de constater que nous sommes peu à peu dépossédés de notre beau pays par le règne sans partage de l’argent. Avec nos villages et nos terres, c’est notre âme que nous risquons de perdre.

 

La mondialisation a précipité l’attention de toutes les grandes fortunes mondiales et des investisseurs sur notre territoire. Nos paysages qui portent notre identité culturelle sont peu à peu défigurés par l’urbanisation et le périurbanisation. Nos villes sont cassées entre ghettos pour riches et ghettos pour pauvres. Le logement devient un luxe. La spéculation immobilière chasse les pauvres, les classes moyennes comme les agriculteurs.

 

Il faut donc protéger les gens du Sud avant qu’il ne soit trop tard. C’est un combat qui doit être conduit par la République, seule à avoir l’autorité pour faire respecter la souveraineté du peuple face à l’argent-roi. L’avenir de la France se joue aussi dans le Sud.

 

Nous sommes fiers de l’existence chez nous de TPE, PME et grandes entreprises dynamiques, de grandes structures universitaires et de recherche, d’une capacité touristique unique au monde, d’une agriculture dont la qualité est reconnue partout.

Mais face à la désindustrialisation, à la désertification des services publics, nous avons besoin pour notre développement, d’équipements qui nous permettent de ne pas être le maillon faible de l’Arc latin.

 

Nous ne sommes pas voués au tourisme de luxe. Nous devons jouer le rôle qui nous revient non seulement pour la France mais pour la Méditerranée.

 

Pour cela, il faut joindre Nice à Paris par une LGV, Gap à Grenoble par une voie rapide, Marseille à Turin par une ligne ferroviaire de fret dans le Val de Durance jusqu’au tunnel qui doit être percé au Montgenèvre et désenclaver les départements des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence.

 

Marseille doit être, avec le trafic à venir des porte-containers, le grand port de cette zone de transit mondial qu’est la Méditerranée et Nice doit occuper une place centrale dans la construction de l’Eurorégion. La Nation doit aider Marseille dans l’intérêt de la France tout entière à se débarrasser d’une image caricaturale et notamment de l’insécurité grandissante.

 

Nous sommes fiers d’être Marseillais, Niçois, Provençaux, Alpins du Sud comme nous sommes fiers d’être Français. Quand nous réclamons à la Nation respect, protection et justice, c’est aussi pour que la France, garde sa place et son rôle, en Méditerranée et donc en Europe.

 

Les gens du Sud sont originaires de tous les pays méditerranéens. Nous portons de ce seul fait une éthique de respect, d’ouverture à l’autre, de fraternité et une culture riche de toute l’histoire de la Méditerranée.

 

Nous n’acceptons pas que l’Europe du Sud soit montrée du doigt par certains dirigeants des pays d’Europe du Nord comme étant le mauvais élève de la classe. Nos peuples ne sont pas coupables de la crise mondiale et n’ont pas à être punis jusqu’au désespoir.

 

Le Sud n’est pas un poids pour l’Europe du Nord. Il en est la chance parce qu’il fait le lien avec les peuples méditerranéens avec lesquels l’Europe a une communauté de destin.

 

L’appel du Sud, c’est d’abord un appel à la République face à la loi de l’argent, un appel à la France pour la France. Notre hymne national est celui de la Révolution et de la Résistance. Il s’appelle la « Marseillaise ».

 

Michel Vauzelle au nom du Comité régional de campagne

avec

Gérard

ABASSI

[...]

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article